DE LA DERIVE DES CONTINENTS A L’HYPER ESPACE
(par Dominique Ruin)
Depuis plus d’un quart de siècle, Transludie m’a offert le plaisir de jouer à différents jeux qui m’ont permis de me délasser régulièrement en arpentant des univers virtuels allant de la dérive des continents à l’hyper espace .
La parution de ce numéro 100 m’incite à regarder dans le rétro : ces îles flottantes, ces vastes espaces à investir ainsi que les décisions qu’il fallait prendre à certains tours critiques pour ne pas être trop dépassé par une concurrence aguerrie.
Ce qui ressort de ces quelques années couvrant dans l’imaginaire une vaste portion de l’espace-temps, c’est le sentiment d’avoir côtoyé énormément de joueurs agréables et doués m’ayant fait vivre des situations ludiques amusantes me forçant à trouver des coups que j’espérais bons et dont la pertinence était vérifiée ou infirmée à la réception du dernier CR. Ah ! Ce moment magique où l’ouverture d’une enveloppe parfois ornée d’un joli timbre), ou maintenant, d’un courriel, laisse encore planer pendant quelques secondes la divine incertitude des conséquences du coup que l’on a joué puis la découverte des coups, souvent surprenants, que les adversaires ont trouvés.
Tout cela dans un univers en perpétuelle évolution.
C’est ainsi que je me suis vu en dinosaure bramant de voir l’île sur laquelle il s’était échoué se détacher du continent où ses congénères proliféraient Ciao Dino) ou qui était fort content de la fourrure qu’il venait d’acheter aux enchères et qui lui permettait de survivre à cette période glaciaire qu’il avait senti venir (EVO).
Puis la civilisation apparaît avec 7 Wonders ou Tempus, se développe avec ses conflits moyenâgeux illustrés par Cry Havoc, Fief et autres. L’économie substitue les affrontements sanguinaires par des compétitions pour devenir le plus riche : Cartels & Cutthroats, Place de la Bourse, 1830, Empire Builders etc…
La nature et le grand large ont été présents avec Outdoor Survival et Iron Men & Wooden Ships.
Je suis même arrivé à faire du sport assis sur une chaise grâce à Force 7, Football Manager et Formule 1 et à programmer des soirées télé grâce à TV War.
Après les batailles aériennes de L’As des As, passage à la conquête de l’espace avec 4000 AD et l’inénarrable « Cochons de l’Espace » où le manque de breuvage « glandenbourg » obligeait les peuples de porcs à s’affronter pour la conquête de Porcina du Sans Porc.
De toute cette saga quelques souvenirs émergent tels des coups tactiques subtils joués dans Massacre à la ou illeuse où les GO ont fait l’effort supplémentaire de laisser des comptes rendus détaillés.
Le souvenir de parties où tous les transludistes étaient conviés tels La Ruée vers l’or et un inoubliable Laserbowl résumé quelques tours avant la fin par cette phrase « Transludie a 10 ans. Bilan 10 survivants 134 morts « Joyeux Anniversaire ! ».
Le souvenir de jeux dont les mécanismes et les rouages viennent vous titiller l’esprit pendant une pause tels Empire Builders ou Dungeon Twister.
Je recommande d’ailleurs ce dernier jeu que j’apprends à connaître et qui me donne l’impression d’être aussi riche que le jeu d’Echecs mais avec 8 échiquiers différents qui, en plus, tournent !
Voilà quelques impressions d’un joueur lambda qui seront peut-être partagées par d’autres.
Pour finir, je tiens à remercier tous les bénévoles de l’association en principe nous le sommes tous mais certains le sont plus que d’autres) qui offrent du temps et de l’énergie pour que nous puissions jouer à des jeux fort intéressants aux règles claires et j’espère que tout cela continuera encore au moins un quart de siècle à l’issue duquel nous verrons tous le numéro 200 avec plein de bons joueurs qui auront rejoint cette association originale

Paru Dans le Far Play N°100