Roborally

ROBORALLY

ROBORALLY est une course où chaque joueur contrôle un robot. Le parcours de la course est composé de 8 balises réparties sur un plateau de 24×18 cases représentant un site industriel…

Type : Stratégique
Nombre de joueurs : 8
Nombre de coups : 15
Origine : Richard Garfield (Wizard Of The Coast) (adaptation C. Brandt)
Thème : Course de robots dans un milieu industriel
Présentation :
ROBORALLY est une course où chaque joueur contrôle un robot. Le parcours de la course est composé de 8 balises réparties sur un plateau de 24×18 cases représentant un site industriel. Le but du jeu est de valider les balises, mais il n’y a pas d’ordre requis. Au début de chaque tour, chaque joueur programme les 5 registres de son robot avec les cartes-programmes qui lui ont été attribuées à la fin du tour précédant en fonction de l’état de son robot.
Les cartes-programmes ne sont pas les seuls éléments qui affectent le mouvement des robots. Ils peuvent pousser les autres robots ou être poussés par eux, mais aussi être affectés par des éléments du plateau (tapis roulants, express et pousseurs). Le plateau dispose d’éléments passifs, tels que des trous (les robots qui y tombent sont détruits) et des murs (qui bloquent leurs mouvements).
ROBORALLY n’est pas une simple course. Des lasers sont présents sur le plateau et chaque robot est lui-même doté d’un laser. Les robots touchés par des lasers perdent des points de structure. Pour chaque point de structure en moins, le joueur voit sa main réduite d’une carte-programme chaque début de tour. Arrivé à 5 points de structure ou moins, certains registres voient leurs cartes-programmes bloquées et il n’est plus possible de les modifier le tour suivant. Arrivé à 10 points de dommage, le robot est détruit… Les dégâts peuvent être réparés (jusqu’à 3 points) en s’arrêtant (en fin de tour) sur un site de réparation ou en « rebootant » (c’est-à-dire en réinitialisant le robot : Pendant un tour le robot est complètement passif, aucun mouvement n’est programmé. Par contre le robot continue d’être déplacé par les éléments du plateau, comme les tapis roulants et peut être poussé par les autres robots).
Chaque robot commence avec 4 sauvegardes. Chaque fois qu’il est détruit, il perd une sauvegarde. S’il n’en a plus, il est définitivement éliminé de la partie. Un robot qui a été détruit redémarre la course à la dernière balise validée, toutes les balises validées précédemment restent validées et comptent pour la victoire (ex.: Un robot détruit après la validation de la balise 2 repartira de celle-ci et devra valider les balises 3 puis 4). En plus des balises, les sites de réparation servent de position de redémarrage si le robot les a validés pendant la course.
Trois parties ont lieu en parallèle sur trois courses différentes. Chaque course a lieu sur un plateau différent (notés de 1 à 3). Ces courses sont strictement indépendants. Pour simplifier le travail du G.O., il est demandé aux joueurs de ne donner qu’un nom unique pour leurs trois robots.
Bonne chance, et que les tapis roulants avancent dans le même sens que vous !
Note de l’adaptateur : Dans le but de réduire l’importance du hasard et de simplifier la tâche des G.O., un certain nombre de modifications ont été apportées aux règles et restent en vigueur :
– tirage au sort des cartes-programmes indépendant pour chaque robot,
– robots initialement équipés de série avec trois options choisies par le joueur,
– suppression de la priorité associée aux cartes-programmes,
– sites de réparation unique réparant de 1 à 3 points en fonction des dommages du robot ou délivrant une option connue à l’avance.
Complexité du jeu : 5 / 10
Négociation : 2 / 10
Temps de rédaction des ordres : 4 / 10
Interdépendance : 7 / 10
Part du hasard : 6 / 10
Ce jeu est présenté pour la 9ème fois depuis décembre 1997.
Complexité de l’arbitrage : 6 / 10
Temps d’arbitrage : 8 / 10, du fait des 3 courses simultanées
Tableur Excel d’arbitrage disponible